Les personnes âgées

Les personnes âgées

L’espérance de vie augmente, l’âge de la retraite recule et les personnes âgées voyagent de plus en plus souvent. Une visite médicale avant le départ est indispensable, car elle permet de juger de la faisabilité du séjour, de vérifier les vaccinations et de lister les médicaments à emporter dans les bagages; plus particulièrement si :

  • Vous êtes sujet à un rhume, une sinusite ou une otite,

  • Vous êtes atteint d’une maladie chronique, en particulier : diabète insulinodépendant, asthme, allergie, épilepsie, drépanocytose, insuffisance respiratoire, cardiaque ou rénale,

  • Vous êtes suivi pour un cancer ou un déficit immunitaire,

  • Vous êtes victime de crises de panique (agoraphobie ou claustrophobie),

  • Vous avez été opéré récemment, surtout dans le cas d’une insuffisance coronaire (angioplastie, pontage), d’un glaucome, d’un décollement de la rétine ou d’une maladie de l’oreille interne,

  • Vous souffrez de coliques néphrétiques,

  • Vous ressentez des douleurs d’angine de poitrine,

  • Vous prenez un traitement au long cours, quel qu’il soit,

  • Vous ne pouvez monter un étage sans être essoufflé,

  • Vous avez eu un accident vasculaire cérébral récemment,

  • Votre médecin a découvert un trouble du rythme ou de la conduction cardiaque susceptible d’entraîner une syncope,

  • Vous êtes porteur d’un stimulateur cardiaque.

En cas de maladie chronique ou d’antécédents nombreux et compliqués, demandez à votre médecin de rédiger un compte-rendu médical, si possible en anglais, résumant votre situation (antécédents, descriptif de votre maladie, résultats des derniers examens ou tests pratiqués) et mentionnant votre traitement habituel et sa DCI.

Ne vous séparez jamais de votre traitement habituel, même dans l’avion. Gardez-le toujours avec vous et emportez un double de votre ordonnance spécifiant le nom international de chacun de vos médicaments : la dénomination commune internationale – DCI (par exemple, la DCI de l’aspirine est l’acide acétylsalicylique). Elle vous permettra de les remplacer ou de trouver un équivalent rapidement sur place.

Évidemment, souscrivez un contrat d’assurance voyage et prenez le temps de lire les conditions générales, y compris les exclusions préexistantes. N’hésitez pas à vous informer des clauses qui vous semblent difficiles à comprendre ou mal adaptées à votre cas particulier. Votre fournisseur d’assurance voyage peut vous aider à mieux comprendre les différentes garanties. Ce point est particulièrement important si vous présentez une condition médicale particulière (maladie chronique, maladie aiguë récente, grossesse, etc.).

Choisissez soigneusement votre type de vacances. L’avion et les séjours en altitude, y compris dans des villes telles que Mexico ou La Paz, peuvent provoquer une insuffisance cardiaque ou respiratoire.

Le décalage horaire est une donnée importante à prendre en compte pour la prise de certains médicaments comme l’insuline. Faites-vous expliquer la meilleure procédure par votre médecin.

Dans les pays tropicaux, la déshydratation liée à la chaleur excessive, mais surtout à une éventuelle « tourista », peut être particulièrement sérieuse. L’observation stricte des mesures d’hygiène est indispensable :

  • Lavez-vous souvent les mains

  • Ne consommez que de l’eau en bouteilles capsulées

  • Buvez au moins 2 à 3 litres d’eau par jour

  • Pelez les fruits, évitez les crudités, les coquillages, les plats réchauffés et la viande crue.

Au cours de la visite préparatoire, faites le point avec votre médecin traitant sur les vaccinations usuelles et celles plus spécifiques au voyage que vous projetez.

Les vaccins contre le tétanos, la poliomyélite et la diphtérie doivent être mises à jour pour tous les voyageurs. Les autres dépendent de la destination et des conditions du séjour. Le vaccin contre la fièvre jaune est indispensable pour tout voyage en zone endémique (Afrique tropicale, Amérique du Sud), même en l’absence d’obligation légale. Au besoin, contactez le centre de vaccination le plus proche de votre domicile.

Le risque de paludisme et les mesures de prévention pour éviter les piqûres de moustiques doivent être connus avant le voyage. Votre médecin vous donnera les informations nécessaires et vous prescrira un traitement préventif adapté à votre cas.

Le risque de phlébites est particulièrement élevé pendant les longs trajets en autobus ou en avion. Ne restez pas immobile trop longtemps et buvez de l’eau régulièrement, au moins un litre toutes les quatre heures. Lorsque les déplacements fréquents sont impossibles, n’hésitez pas à pratiquer des exercices pour faire travailler successivement les différents groupes de muscles des membres inférieurs : ceux du pied, du mollet et de la cuisse, suivis de périodes de relâchement musculaire complet associées à une respiration lente et profonde. Le port de bas de contention est très utile pendant les longs voyages et nécessaire en cas de varices ou d’insuffisance veineuse connue.

N’abusez pas de l’alcool, ni même du vin, qui accélère la déshydratation et l’apparition de troubles vasculaires.

Une fois sur place, suivez les conseils habituels : lavez-vous les mains fréquemment, évitez de vous baigner ou de marcher dans les eaux douces stagnantes et protégez-vous du soleil et des moustiques.

En voyage, n’attendez pas votre retour pour consulter un médecin en cas de problème. Si vous avez des questions ou des doutes concernant votre état de santé, le médecin autorisé de votre société d’assurance est à votre disposition pour vous écouter et vous aider. Il peut vous donner des conseils utiles, communiquer avec votre médecin traitant et organiser une consultation sur place.