Les méfaits du froid

Les méfaits du froid

L’exposition excessive au froid est tout aussi dangereuse que l’excès de chaleur; gelures et hypothermie (baisse de la température du corps) en sont les conséquences les plus graves. À un moindre degré, la fatigue, l’engourdissement, les frissons et les crampes musculaires sont autant de conséquences du froid et cependant faciles à éviter.

Elle désigne un état au cours duquel la température du corps baisse, car ce dernier perd de la chaleur plus vite qu’il n’en produit. Il existe deux stades de l’hypothermie : moyenne et sévère.

  • L’hypothermie moyenne survient lorsque la température corporelle chute au-dessous de 37°C. La respiration et le pouls s’accélèrent, les frissons augmentent, les mains et les pieds sont blancs et froids. La fatigue, les grelottements, l’irritabilité, les troubles du comportement ou les propos inappropriés sont les premiers signes manifestés par une personne victime du froid. Il faut alors l’encourager à se mouvoir et bouger pour générer une chaleur musculaire, la mettre à l’abri du vent et de la pluie, remplacer ses vêtements mouillés par des habits secs, lui donner des boissons chaudes et la réchauffer en insistant bien au niveau des cuisses, de la tête, du cou et du thorax.

  • On parle d’hypothermie sévère quand la température du corps chute au-dessous de 33°C. La situation est dans ce cas bien plus sérieuse. La victime ne ressent plus de frissons, une rigidité musculaire s’installe, ses lèvres et les extrémités de son corps bleuissent. Le pouls et la fréquence respiratoire ralentissent progressivement, une confusion et une indifférence apparaissent et précédent une somnolence, puis des troubles de la conscience sévères pouvant aller jusqu’au coma. À moins de 30°C, les signes vitaux sont pratiquement indécelables et le patient semble mort : les pupilles sont fixes et dilatées, le pouls peut être indétectable, la fréquence respiratoire est très faible et le décès peut survenir dès lors à tout moment par défaillance cardiaque.

Toute hypothermie sévère doit donner lieu à une hospitalisation en extrême urgence. En attendant les secours, prenez soin de la victime : couvrez-la chaudement et transportez-la le plus doucement possible à l’abri du froid. Le réchauffement doit être effectué de manière progressive (vêtements secs, source de chaleur supplémentaire dans la pièce); en revanche, dans ce cas précis, il ne faut pas frotter les extrémités du corps, ni exposer la victime à une source de chaleur directe, ni administrer de boissons chaudes qui entraîneraient un réchauffement trop rapide de la température interne et qui sont, de toute façon, dangereuses chez une personne présentant des troubles de la conscience. Comme toujours, alerter les services ambulanciers sans délai est essentiel.

Les gelures atteignent les extrémités (pieds et mains), les oreilles, le nez ou les joues. Cette affection peut être grave et entraîner l’amputation des membres touchés ou des séquelles sérieuses. Une perte progressive de la sensibilité, un engourdissement, une pâleur voire un bleuissement de la zone atteinte constituent les signes d’alarme. Dans ce cas, réchauffez lentement et de façon continue les zones atteintes, ainsi que le reste de l’organisme, mais évitez les écarts de températures trop importants. Ne trempez pas les zones gelées dans de l’eau très chaude et ne les exposez pas à la flamme d’un briquet ou d’une allumette. Enfin, ne pratiquez jamais de frictions directes.

La sensation de froid n’est pas seulement une affaire de température : elle se fait ressentir rapidement lorsque le port de vêtements humides, la fatigue, le vent et la faim se combinent. Voici quelques conseils pour vous aider à résister efficacement à ces différents facteurs :

  • Choisissez soigneusement vos vêtements en privilégiant les matières chaudes, qui restent sèches et offrent une action protectrice contre le vent : la soie, la laine et surtout certaines nouvelles fibres synthétiques constituent de bons isolants. Superposez trois couches de vêtements de bonne qualité, en terminant par une matière coupe-vent et imperméable. Pensez également à prévenir le risque de gelures en protégeant les extrémités du corps par le port de gants, de mitaines, de chaussettes épaisses ou de collants. La qualité des chaussures est bien entendu essentielle. Un bonnet, une cagoule et un masque protégeront le nez et les oreilles. Il est indispensable de s’équiper en conséquence pour tout séjour en altitude ou en pays froid.

  • Ne négligez pas votre alimentation, car, dans un environnement froid, votre corps brûle des calories pour maintenir une température constante. En randonnée, comme lors d’une simple promenade en hiver, emportez un ravitaillement de base comprenant des sucres rapides et des boissons en abondance (dans un thermos, par exemple).

  • Souvenez-vous que le tabac et l’alcool sont fortement déconseillés. Le tabac compromet la microcirculation sanguine, notamment au niveau des extrémités du corps en les rendant plus sujettes aux gelures. Quant à l’alcool, son effet vasodilatateur favorise la perte de chaleur corporelle.

  • En voyage, n’attendez pas votre retour pour consulter un médecin en cas de problème. Si vous avez des questions ou des doutes concernant votre état de santé, le médecin autorisé de votre société d’assurance est à votre disposition pour vous écouter et vous aider. Il peut vous donner des conseils utiles, communiquer avec votre médecin traitant et organiser une consultation sur place.

Attention à la climatisation!

Bien que les tropiques soient plutôt synonymes de chaleur, méfiez-vous des ventilateurs et des climatiseurs. Les brusques changements de température, lors du passage de l’extérieur vers l’intérieur, peuvent occasionner des problèmes ORL (rhumes, angines, etc.). La nuit, n’hésitez pas à couper la climatisation ou gardez à portée de main un drap ou une couverture en cas de rafraîchissement de l’air.