La dengue

La dengue

La dengue est une maladie virale (due à un virus) transmise par la piqûre d’un moustique de type Aedes.

Cette maladie est très répandue dans les régions tropicales et subtropicales : plus de 100 pays sont concernés, essentiellement répartis en Asie du Sud-Est, en Océanie et dans les Caraïbes.

Le moustique responsable vit aussi bien en zone rurale qu’en milieu urbain; il résiste aux variations de température et pique de jour comme de nuit, à la différence de son cousin nocturne, l’anophèle, qui peut transmettre la malaria.

Habituellement, la dengue est une maladie bénigne dont les symptômes ressemblent à ceux de la grippe. L’incubation dure 2 à 7 jours, avant l’apparition d’une forte fièvre, de maux de tête, de douleurs musculaires et articulaires et d’une éruption cutanée qui débute aux extrémités (mains et pieds). Il n’existe pas de traitement à proprement parler, mais des médicaments peuvent être prescrits pour soigner les symptômes (la fièvre et les éventuelles douleurs avec des antipyrétiques et des antalgiques comme le paracétamol ou la codéine). L’aspirine, quant à elle, doit être évitée.

Dans la majorité des cas, la maladie se termine à l’issue d’une longue convalescence. Parfois, la dengue peut cependant revêtir une forme grave : la dengue hémorragique. Elle se caractérise par l’apparition de douleurs abdominales importantes, de saignements de nez et d’infiltrations de sang sous la peau (purpura). L’issue peut être mortelle, en particulier chez les enfants de moins de 15 ans et les sujets immunodéprimés.

Les enfants de moins de 15 ans et les immunodéprimés sont plus sensibles à la forme grave de la maladie. Il est donc indispensable d’appliquer rigoureusement les mesures de prévention.

Il n’existe ni vaccin, ni traitement spécifique. Il est par conséquent essentiel de prévenir cette maladie par des mesures de protection individuelle contre les moustiques. Ces gestes sont essentiels en zone d’endémie et durant les épidémies saisonnières. Voici quelques conseils faciles à mettre en œuvre pour réduire le risque de manière significative :

  • Protégez les fenêtres par des grillages à fin tamis, en bon état, traités si possible avec un insecticide,

  • Climatisez la pièce,

  • Dormez sous une moustiquaire en bon état, traitée avec un insecticide; elle doit toucher le sol ou être bordée sous le matelas,

  • Ne restez pas trop longtemps à l’extérieur le soir,

  • Portez des vêtements à manches longues et des pantalons; vous pouvez également les imprégner d’un insecticide,

  • Pulvérisez régulièrement des répulsifs (insectifuges ou autres) sur la peau,

  • N’oubliez pas que les moustiques vous attendent dès votre descente de l’avion! Emportez dans vos bagages à mains les vêtements et les bombes antimoustiques adaptées, surtout si votre avion atterrit en fin de journée ou la nuit.

En voyage, n’attendez pas votre retour pour consulter un médecin en cas de problème. Si vous avez des questions ou des doutes concernant votre état de santé, le médecin autorisé de votre société d’assurance est à votre disposition pour vous écouter et vous aider. Il peut vous donner des conseils utiles, communiquer avec votre médecin traitant et organiser une consultation sur place.

Les enfants de moins de 15 ans et les immunodéprimés sont plus sensibles à la forme grave de la maladie. Il est donc indispensable d’appliquer rigoureusement les mesures de prévention.